Prochain conseil municipal le 4 avril 2019 à 20h

Ordre du jour



Quand on a des amis comme ça, on n'a pas besoin d'avoir d'ennemis

Article Ouest-France du 14 août 2018

Le maire de la commune, Jean-Marie Labesse, a reçu un recours gracieux de l’association Les amis de Kervoyal et sa présidente, Marie-Roberte Perron.

Ils s’attaquent, entre autres, aux campings damganais, estimant illégales les dispositions prévues dans le nouveau Plan local d’urbanisme (PLU) concernant les aménagements et la modernisation des installations leur permettant de s’adapter aux nouvelles pratiques de la clientèle.

 

Le maire rappelle que le maintien de l’activité des campings dans la commune est un des objectifs du Projet d’aménagement et de développement durable (PADD).

 

L’association souhaite un reclassement en zone naturelle, qui limite les installations aux emplacements de campings et au logement de fonction et ne permet pas de monter en gamme 4 et 5 étoiles, avec des équipements supplémentaires.

Submersion marine et déchets.

 

 Submersion marine et déchets

 

Les griefs de l’association portent également sur les zonages restés constructibles au sein de l’agglomération, ainsi que la zone de repli existante et maintenue dans le nouveau PLU (2AU), pour faire face aux risques de submersion marine.

 

Les terrains restant constructibles à proximité de l’espace du Loch ont été également mis en cause. L’équipe municipale précise qu’elle souhaite « y accueillir des jeunes ménages et une résidence senior » ; la zone artisanale qui doit être étendue afin de permettre la mise aux normes de la déchetterie. 

 

 

Avec son équipe, le maire estime répondre aux attentes des Damganais, « au travers de la révision de ce Plan local d’urbanisation, notamment en prévoyant une consommation d’espace réduite de 6,2 ha par rapport au précédent ». La commune, qui a reçu le courrier le 9 août, a deux mois à partir de cette date pour répondre à l’association.


Conseil du 21 juin 2018 - Article du télégramme

Conseil. Un plan local d’urbanisme voté mais contesté

 Publié le 24 juin 2018 à 09h43 Modifié le 24 juin 2018 à 15h33

 

L’approbation du Plan local d’urbanisme a été très débattue, jeudi, lors du conseil municipal. Arrêté lors du conseil du 6 avril 2017, après enquête publique, le Plu a été mis en conformité avec les nouvelles règles avec avis favorable du commissaire-enquêteur : un renouvellement urbain réduisant les besoins fonciers, amenant une réduction de la consommation d’espace de 6,2 ha ; une prévision de 21 ou 28 logements à l’ha, arrêtée à une prévision réduite à 40 logements par an sur 10 ans et enfin un pourcentage de logements à loyer modéré réservés aux primo-accédants pour privilégier l’habitat principal, souhaité par la majorité.

L’opposition a regretté la « précipitation » de ce vote : deux annexes au PLU, reportées au prochain conseil par le maire, pour cause de délais de consultation trop courts, n’ayant pas été approuvés. Véronique Kedzierski, adjointe démissionnaire à l’environnement, restée élue, a exprimé sa déception, constatant que l’échange entre les élus et la population a été insuffisant et qu’il y a un seuil à respecter au niveau de la densité de population. Le Plu a été approuvé finalement avec une abstention et quatre voix contre.

 

Maison des Damganais : le montant augmente



Maison des Damganais : suite à estimation du coût des travaux sans tribunes fixée à 1 780 000 € HT, une modification de travaux d’étanchéité du bâtiment étant nécessaire, le nouveau montant s’élève à 1 815 574,49€ HT (non compris les frais d’aménagements extérieurs consécutifs à ces modifications). L’opposition regrette toujours l’emplacement de ce projet qui a été voté avec une abstention et quatre voix contre.

 

Approbation de l’ensemble du conseil de l’adhésion de la Communauté de comme Arc Sud Bretagne à l’établissement Public Territorial de Bassin (EPTB) Vilaine, avec modification des statuts de la Communauté pour réalisation d’une partie des missions : y intégrer la compétence gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations.

Prise en charge financière par le Commune de 30 séances d’activités théâtrales d’un montant de 1 687 € pour onze enfants damganais. Participation financière de la commune selon le quotient familial pour inscription d’enfants damganais à une école de musique et pour un séjour culturel de onze jours à Berlin pour treize adolescents de l’Accueil jeunes de Damgan du 23 juillet au 2 août 2018. Les jeunes travaillent à de nombreux spectacles et manifestations afin de participer financièrement à leurs activités.

 

 

 


Par Ouest-France Publié le 22/06/2018 à 21h52

 Damgan. Un Plan local d’urbanisme moins avide d’espace.

 

Sa révision implique une réduction de la consommation d’espace de 6,2 ha.

Le besoin foncier du nouveau Plan local d’urbanisme passe de 11,7 ha à 5,5 ha.

Jeudi 21 juin 2018, elle a été approuvée, non sans débat, par le conseil municipal.

 

Arrêté lors du conseil du 6 avril 2017, le plan local d’urbanisation (PLU) a été consulté par les personnes publiques associées et autres organismes et soumis à une enquête publique l’été suivant. Celle-ci a permis d’apporter des ajustements notables, et le commissaire-enquêteur a émis un avis favorable. Il a noté comme positif la réduction de la consommation d’espace dédié à la construction, les densités de construction et le pourcentage de logements à loyer modéré réservés aux primo-accédants, qui devrait privilégier l’habitat principal.

 

« Le constat actuel indique une densité de 16 logements à l’ha, et 76 % de résidences secondaires, précise Jean-Marie Labesse, maire. Le projet a été arrêté à une prévision de 21 ou 28 logements à l’ha, soit 400 logements sur dix ans avec un besoin foncier de 5,5 ha contre 11,7 ha actuellement. Ce qui amène une réduction de la consommation d’espace de 6,2 ha. Ce scénario est moins consommateur que l’actuel, en compatibilité avec le Schéma de cohérence territoriale (Scot). »

 

Véronique Kedzierski, récemment démissionnaire du poste d’adjointe à l’environnement, a exprimé sa déception sur les modalités de la révision : « Le dialogue entre les élus et la population a été insuffisant. Nos choix en matière d’environnement ne sont pas courageux. Il y a un seuil à ne pas dépasser au niveau de la densité de population. »

 

 

Alain Daniel, de l’opposition, regrette l’urgence de ce vote, d’autant plus que l’approbation de deux annexes au PLU a été reportée par le maire pour cause de délais de consultation trop courts.

 

La révision du PLU a finalement été votée par 13 voix pour, 1 abstention et 4 voix contre.